thème : Résister
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 18 février 2017 à 10h

Manif : " Contre toute exploitation minière à Salau"

En raison de la publication le 11 février 2017 au journal officiel du
Permis Exclusif de Recherches Minières dit «Permis Couflens»,
l'association Stop Mine Salau appelle à manifester Samedi 18 février à Saint-Girons.


Rassemblement à 10 h sur le parking du Centre Aquatique.

Si vous êtes disponibles, venez nous aider s.v.p. !!!!!!!!
VENEZ NOMBREUX !

  • Pétition ICI :
  • Tract en téléchargement ci-contre :

  • Reportage "Mine de rien" en streaming gratuit sur Médiacoop (52 min) - Cliquez sur l'affiche ci-contre. Le Café des Vallées vous conseille grandement de prendre le temps de le visionner ; c'est pédagogique, très instructif et ne manquez pas d'aller jusqu'au bout pour bien comprendre le jeu des intérêts des multinationales.

Résultat de recherche d'images pour "documentaire mine de rien"

Historique :
Il existait une exploitation minière à Salau : la Société Minière d'Anglade.

  • De 1971 à 1986, production de 12 400 t de tungstène extrait à partir du minerai de scheelite contenant en moyenne 1,5 % de tungstène.
  • En 1986, la mise sur le marché du tungstène chinois produit en très grande quantité et à très faible coût provoque l'effondrement des cours et la fermeture de la mine de Salau.

La présence avérée d'amiante (amphibole essentiellement de type actinolite) :

  • 14 cas de mineurs atteints de fibroses pulmonaires et de cancers à la fermeture de la mine, en seulement 15ans (y compris des mineurs n'ayant jamais travaillé dans d'autres mines).
  • De nombreux cas déclarés depuis chez les anciens mineurs qui obtiennent encore difficilement aujourd'huila reconnaissance en maladie professionnelle.
  • Des études (géologiques, pétrographiques, métallogéniques ...) et des prélèvements et analyses réalisés dans le minerai et l'air respiré par les mineurs confirment la présence d'amphibole dangereuse pour la santé.

Cette présence d'amiante est, à l'époque, dénoncée par les syndicats et adroitement éludée par la direction de la mine et la sécurité sociale minière.

Aujourd'hui, le projet de Variscan Mines :

  • Le percement d'une galerie de recherche de 2 500 ml de long et de 25 m² d'ouverture au cœur du village de Salau (à environ 100 m des 70 logements de la résidence d'Anglade et des premières maisons).
  • Une exploitation minière dite « verte » parce que souterraine !

NOUS SOMMES OPPOSÉS :

Au percement de cette galerie (largement surdimensionnée pour de la simple recherche)
▪ qui générera 90 000 m³ de déblais (foisonnement compris) qui évacués à raison de 250 m³/jour
représenteront 16 allers-retours / jour de camions de 15 m³ pendant 365 jours ;
▪ dont les déblais amiantés ne pourront être utilisés à des fins de granulat ;
▪ dont les déblais amiantés devront obligatoirement être stockés dans des zones réglementées ;
▪ dont les travaux induiront des poussières amiantées qui poseront un réel problème de santé
publique aux habitants du village de Salau et aux travailleurs sur le site.

Aux problèmes de sécurité liés à la circulation intense des camions (1 camion toutes les 15 mn chaque jour) dans la traversée des villages de Salau, Couflens, Seix, Oust, Saint-Girons (etc.) et sur
une petite route départementale de montagne inadaptée à un tel trafic.

Au stockage des déblais et des stériles dans notre vallée du Haut-Salat à très haute valeur environnementale et dédiée à l'agropastoralisme et au tourisme.

Aux faux arguments d'une exploitation souterraine non impactante pour l'environnement
▪ l'ancienne mine de Salau était souterraine. Le remblayage des zones exploitées était déjà pratiqué.
Malgré cela, il était indispensable de stocker des stériles et une partie du tout venant extrait à
l'extérieur de la mine.

A un nouveau scandale de l'amiante et de santé publique

Photo_couverture.jpg

Page Facebook : https://www.facebook.com/events/1238062226309829/

Source : http://lecafedesvallees.free.fr/index.php?pos...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir